T.I.C et Communication publique: la nécessité de la coexistence des mondes acteur-usager.

publique

Le présent billet a pour objectif de monter la nécessite de considérer la place de l’usager de la communication publique, celui-ci devenu très expressif et exigent sur les nouveaux réseaux numériques, dans le processus de communication des institutions publiques.

Aujourd’hui, la communication des institutions publiques serait sans efficacité si celles-ci n’incluent pas, d’une part, Internet dans leurs stratégies de diffusion et si elles n’exploitent pas, d’autre part, cet outil de communication dans l’identification des besoins réels des citoyens que représentent aussi les usagers des nouvelles technologies de communication.                                                                                                                        Ainsi, les TIC, parce qu’elles sont utilisées par le citoyen pour exprimer ses besoins, ses représentations à propos de différents sujets sociaux, le transforme en récepteur-émetteur de la communication publique. En effet, censé être que récepteur, l’usager devient par cet usage des TIC un des acteurs de la communication publique. Ce changement de statut de l’usager de la communication publique n’est pas que effectif, il devient nécessaire et impératif pour les acteurs traditionnels de la communication publique. COMMUNICATION

Il revient pourtant de se demander si les réseaux numériques collaboratifs comme moyen d’expression, de plaintes sociales,  peuvent constituer à elles seules, aujourd’hui et sur le long terme, le recours exclusif des acteurs de la communication publique dans leurs stratégies d’identification  des besoins de communication du public à l’endroit de cette même cible.

Sources

Jacques Bonnet, Rosette Bonnet et Sabrina Hélaine-Pinsard, « Les organisations publiques : des institutions communicantes ? », Communication et organisation, 35 | 2009, 136-147. http://communicationorganisation.revues.org/782 ; DOI :10.4000 / communicationorganisation.782 / mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 12 avril 2017.

BRETON P., L’incompétence démocratique, la crise de la parole aux sources du malaise (dans la) politique, Paris, La découverte, 2006.

WOLTON D., Penser la communication, Paris, Flammarion, 2007.

ZARIFIAN P., Travail et communication, Paris, PUF, 2001.

BONEU F., L’entreprise communicante – Démarches et méthodes de communication interne, Paris, Les éditions Liaisons, 1990.

BONNET R., BONNET J., Nouvelles logiques, nouvelles compétences des cadres et des dirigeants – Entre le relationnel et le sensible, Paris, L’Harmattan, 2003.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s